Recherche :
Top
 

50 nuances de Mélenchon

Le 15 février 2017, à l’occasion de la sortie du deuxième volet des aventures gentiment BDSM d’Anastasia Steele et de Christian Crey, Brain Magazine publiait sur internet, sur sa Page Cul, un article d’une forme inédite signé Josselin Bordat. Une critique fictive du roman 50 nuances de Grey par le candidat de la France Insoumise, Jean Luc Mélenchon. Stimulée par cette forme originale, et sa critique audacieuse, j’ai imaginé à mon tour la réponse exclusive (et non moins fictive) de Jean Luc Mélenchon à cet article.

Extrait imaginaire de sa Revue De La Semaine :

 

Mes amis, mes chers camarades, pour commencer avec un peu de légèreté cette revue de la semaine, parce que bon même avec cette actualité plus que déprimante, il faut quand même prendre un peu le temps de rire, hein. Comme ça on récupère des forces. Et alors je voulais vous parler d’un truc que j’ai lu cette semaine. C’est un article d’un jeune journaliste, qui a imaginé, hé hé, c’est drôle, vous voyez, j’en ris encore ! Il a imaginé la critique, alors accrochez-vous parce que c’est un peu complexe. Il a imaginé la critique que j’aurais pu faire, moi, donc comme si je l’avais écrite de ma main, il a imaginé la critique du livre, je ne sais pas si on peut appeler ça un roman, 50 Nuances de Grey. Voilà. Alors je ne sais pas si vous connaissez ce livre, mais j’ai l’impression que dans mon équipe en tout cas pas mal de gens l’ont lu parce que je les ai entendu pouffer, hé hé. Eh oui, c’est vrai, je vous comprends, il y a de quoi pouffer, je vous l’accorde. Car bon. Ce livre n’est pas un livre très intéressant, et plutôt que de perdre votre temps et votre argent, bien sûr, je vous inviterais à en lire plutôt le résumé, même s’il ne faut rien dénigrer de ce qui se fait en matière artistique, car enfin, cela parle toujours de notre époque, n’est-ce pas ? Mais bon ! Si vous avez un peu d’argent en poche, je vous inviterais plutôt à acheter mon programme avec, il coûte trois euros. Et puis si vous avez un billet de dix en poches, ce qui doit être à peu près le prix d’une place de cinéma hein, selon où l’on se trouve, eh bien achetez-en deux autres au passage, comme ça vous les distribuerez autour de vous ! Bon. Mais revenons-en à nos moutons, car c’est bien de quoi il est question dans ce livre.

 

Donc, je ne vais pas vous en résumer l’affaire car tout le monde doit savoir à peu près de quoi il retourne, mais bref, un journaliste a été assez malin pour en faire une critique à ma place, c’est à dire, comme si c’était moi qui m’exprimait ! Et vraiment, je dois bien le dire, j’ai été… je ne dirais pas bluffé, parce que bon, quand on vous a permis d’apparaître à deux endroits à la fois, simultanément, grâce à un hologramme, dans un meeting à Lyon ET à Paris, si vous voulez il vous en faut un peu plus pour être bluffé. Mais bon, disons que j’ai été amusé ! Je dois le reconnaître et plus qu’amusé même, j’ai trouvé cela très intelligent et très juste. Pourquoi ? Parce que si vous voulez mon avis, eh bien tout ce qui y est écrit est absolument vrai. Et non seulement la critique est juste mais en plus, par le choix de sa forme, elle est maline. Et alors si mon personnage doit être utilisé pour ce genre de chose eh bien je vous le dis, je suis d’accord !

Bon, bien sûr, comme c’est un article qui paraît sur un site qu’on pourrait dire de « divertissement », car enfin ce ne sont pas là des choses très sérieuses, le journaliste en question fait à la fin une petite pirouette que je trouve ma foi un peu légère et c’est dommage. Mais bon, c’est aussi ce qui en fait la drôlerie et je le comprends. Mais l’important dans tout ça, mes camarades, comme souvent dans la vie, ce n’est pas le but, c’est le chemin parcouru. C’est l’intention. Car à mon avis, à moins que le jeune homme qui l’ait écrit ne possède un grand talent d’imitateur, si vous voulez mon avis il lui a fallu pas mal de temps d’écoute de mes discours pour pouvoir produire cet article avec une telle exactitude…! Et donc mes chers camarades, eh bien je ne peux que m’en réjouir.

Aussi, si vous avez un moment, plutôt que de lire ce roman, 50 nuances de Grey, dont je crois qu’un épisode sort en ce moment au cinéma d’ailleurs m’a-t-on dit, mais bon, ça, ça n’a pas grand intérêt. Plutôt que de lire ce livre donc, lisez cet article les gens. Vraiment ! Lisez-le car il est vraiment très intelligent. Bon, c’est une caricature bien sûr, je ne suis pas dupe ! Mais enfin, à l’âge que j’ai, que voulez-vous, je sais qui je suis et voyez-vous, eh bien je ne me déteste pas. Par conséquent, me lire sous la plume d’un autre, fusse-t-elle un peu exagérée, eh bien ma foi, je commence à m’y faire !

 

Alors on va me dire, « Ah bah, pour une fois que vous louez le travail d’un journaliste… ». C’est faux ! Je respecte infiniment le travail des journalistes… Et je m’insurge contre cette critique que l’on me ressert depuis 20 ans, au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner, chaque fois que je vais m’exprimer chez des journalistes, et je le répéterai encore et encore car il y a des choses apparemment qu’il faut répéter pour qu’elles rentrent : j’ai un grand respect pour la presse et, bien au contraire des noires intentions que l’on me prête car je suis l’ami de Poutine et de tous les dictateurs vous le savez, moi qui suis le seul à avoir un ami emprisonné dans les geôles russes, mais bon, passons ! Au contraire donc je crois que, quand elle est pratiquée avec éthique, la presse est le fondement même de la République. Car enfin, il faut bien des contre-pouvoirs pour ne pas laisser s’installer des tyrans ! Non, non non… Je respecte les journalistes… Mais quand ils font du bon travail ! Moi ce que je n’aime pas, vous comprenez, ce que je n’aime pas ce sont ces éditorialistes politiques, qui prennent de grands airs de faiseurs de roi, d’importants, de moralisateurs, qui se permettent de donner leur avis sur tout et n’importe quoi, avis dont tout le monde se fiche soi dit en passant, qui se permettent en plus de ME juger mais qui, deux jours plus tôt, déjeunaient en tête à tête dans un grand restaurant, avec untel ou untel du camp adverse, en buvant une bonne bouteille de vin et en ricanant de plaisanteries, fussent-elles de nature simplement grivoises. Car ça, ce mélange des genres dont je vous parle les gens, ça, pour moi, c’est du cynisme ! Vous entendez les gens ? Et ça, je ne l’admets pas. Alors on va encore me dire que je recommence avec ça, parce qu’on me dit, tout le temps, on me demande « Mais monsieur Mélenchon, pourquoi vous avez toujours l’air d’être en colère ? ». Mais parce que j’ai de bonnes raisons d’être en colère ! Bon sang ! C’est aussi ça la vie ! Non ? La vie ce n’est pas « Je sifflote dans la rue les mains dans les poches comme si tout était toujours tout rose, et je ne parle pas trop fort parce que si je hausse le ton je pourrais faire peur à lui, ou la réveiller elle ». Non ! La vie, c’est aussi la colère, je suis désolé ! Mais bon, je m’égare… Parce que, ce que je veux vous dire, c’est que là, là il faut reconnaître qu’ils ont tapé juste. Et que c’est un article avec un angle vraiment original que ce papier. Voilà.

 

Et le papier est signé, attendez que je ne vous dise pas de bêtises… Josselin Bordat. Alors, je ne sais pas qui est ce petit jeune là, qui a écrit cette… Comment appelle-t-on ça ? C’est une « fan fiction » ? Non ? Vous savez en littérature, moi je suis de l’ancienne école, alors les nouvelles formes d’écriture tout ça…! J’essaye de m’y mettre hein, et d’ailleurs vous voyez, je suis tout à fait content quand elles sont ainsi faites. Donc voilà. Pourtant, et après bon, hein, je referme cette parenthèse parce qu’on ne va pas y passer la nuit non plus ! Mais je dois vous faire une confidence… Sur le moment quand j’ai découvert cet article, mes amis, eh bien je n’ai pas beaucoup ri. Je n’ai pas beaucoup ri, pourquoi ? Parce que, je l’avoue, mais parce que c’est vrai, il y a des sujets, si vous voulez, qui ne prêtent pas toujours à rire. Et le Capitalisme, pour moi, et surtout les idées qu’on voit se développer dans la tête des gens aujourd’hui, moi voyez-vous ça ne me fait pas rire. Surtout si elles affament des hommes et des femmes à l’autre bout de la planète ou si elles réduisent en esclavage des enfants ou malmènent les animaux, et tout être humain en général. Donc mon premier réflexe, c’est vrai, c’est de ne pas rire. Mais ça, vous comprenez, c’est ma sensibilité, je n’y peux rien ! Mais après, voyez-vous, eh bien comme je suis aussi entouré par des personnes qui sont aussi sages à leur manière, oui oui, et plus jeunes que moi ! Eh bien grâce à eux j’ai regardé cet article d’un autre œil… Et je me suis dit : tant mieux. Tant mieux si mes idées sont ainsi portées. Tant mieux si mes idées se transmettent, circulent, et peu importe sous quelle forme après tout ! Car enfin, le centre de tout cela : c’est l’Humain. Et ça tombe bien car mon programme s’appelle L’Avenir en commun ! Et donc, j’invite ce jeune homme, avec sa belle plume acerbe, et Dieu sait que l’on a besoin de bonnes plumes pour écrire l’Histoire de demain, j’invite donc ce jeune homme à rejoindre les rangs de la révolution pour le respect de la dignité humaine, que j’espère incarner. Voilà.

 

Je voulais donc vous parler de cet article et ça y est c’est chose faite. C’était une petite parenthèse car bon, le vrai sujet maintenant, les gens, dont je voudrais vous parler cette semaine, c’est la nouvelle qui est récemment tombée, qui n’est une nouvelle pour personne en réalité et en tout cas certainement pas pour moi ! C’est donc la nouvelle selon laquelle Emmanuel Macron… attention suspense insoutenable… ne se réclamerait pas de la Gauche ! HA ! Eh ben ça alors ?! Quel scoop mes amis ! […]

Derniers commentaires

Commenter